Chateauneuf du Pape - Vins - Domaine Les Cailloux - André Brunel

Blog

Le réchauffement climatique et son impact sur la viticulture

Le réchauffement climatique et son impact sur la viticulture

Réchauffement climatique vigne

En tant qu’activité tributaire de la météo, la viticulture est particulièrement impactée par le réchauffement climatique.

Les vendanges sont en avance de deux à trois semaines par rapport à la fin du siècle dernier, des incidents climatiques violents (gel, grêle, coulure, sécheresse…) se multiplient et perturbent de plus en plus fréquemment le travail du vigneron.

 

 

 Les exemples ci-dessous permettent de mieux appréhender ce phénomène :

  • 2002 : 400mm de pluie en deux jours (400L d’eau par m²) juste avant les vendanges : perte de 50% de la récolte sur certaines exploitations ;
  • 2003 : sécheresse extrême en juillet et en août avec des pics à plus de 40°C : raisins « confits » avec très peu de jus ;
  • 2012 : gel hivernal particulièrement violent avec des températures parfois inférieures à -20°C : jusqu’à 60% de pertes sur les parcelles les plus exposées ;
  • 2013 : températures régulièrement en dessous des 10°C au printemps entraînant une mauvaise floraison de la fleur : plus de 80% de perte de récolte sur certaines parcelles.

Ces perturbations peuvent conduire à des évolutions non désirées des caractéristiques d’un vin :

  • Augmentation du taux de sucre et donc du taux d’alcool ;
  • Baisse des acidités totales et donc de la « fraîcheur » des vins ;
  • Modification des profils aromatiques ;
  • Modification des intensités colorimétriques (couleur du vin).

Plusieurs stratégies sont actuellement mises en œuvre par les vignerons pour essayer de limiter l’impact de ces phénomènes :

  • Innovations techniques : nouveaux cépages, nouveaux porte greffes, recours à l’irrigation,… ;
  • Relocalisation des plantations dans des zones plus fraîches, en altitude par exemple ;
  • Adaptation des règles des appellations à ces changements climatiques ;
  • Investissement dans la connaissance scientifique et la mesure de ces phénomènes.

Si cela ne marche pas, la dernière option sera d’élaborer nos vins à partir de moût importé de régions plus clémentes, mais cela, personne ne veut encore y penser !

Pour plus d'actualité sur les vins du Rhône : www.vins-rhone.com