Chateauneuf du Pape - Vins - Domaine Les Cailloux - André Brunel

Blog

Les Bag In Box : un avenir radieux à condition de réduire les doses de sulfite

Les Bag In Box : un avenir radieux à condition de réduire les doses de sulfite

Rives d'Alcion - André Brunel

La vente de Bag In Box est en constante augmentation depuis plusieurs années en France et tout comme les bouteilles, ils sont soumis à une demande croissante de la part des consommateurs pour réduire leur teneur en sulfite.

Les sulfites sont principalement utilisés comme antibactérien et comme antioxydant, ils sont donc très importants pour assurer une bonne tenue dans le temps du vin (n’oublions pas que la fermentation alcoolique produit naturellement des sulfites, un vin sans aucune trace de sulfite n’existe donc pas).

Contrairement aux bouteilles en verre, parfaitement hermétiques, les membranes des bag in box sont perméables à l’oxygène : réduire les doses de sulfite tout en limitant les risques d’oxydation est donc particulièrement ardu. Pour y parvenir, les industriels et les chercheurs ont exploré de nombreuses voies qui débouchent aujourd’hui sur des résultats prometteurs.

Des Bag In Box optimisés :
-    Au niveau du robinet (qui représente 50% des entrées d’oxygène) : la forme et les matériaux utilisés vont évoluer dans les années à venir ;
-    Au niveau de la poche : de nouveaux films plastiques multicouches plus hermétiques seront disponibles rapidement.

Un bouchage « actif » :
-    Au lieu de mettre une dose unique de sulfites lors de l’embouteillage en espérant qu’elle soit suffisante, une solution innovante consiste à placer une capsule de SO2 dans le bouchon. Celui-ci libérerait au fur et à mesure de l’utilisation du Bag In Box son SO2 diminuant ainsi la dose totale de sulfites nécessaire.

Désoxygéner le vin :
-    Pour qu’il y ait moins besoin de sulfites, il suffit que le vin contienne moins d’oxygènes… Une méthode douce et respectueuse mais qui reste aujourd’hui cantonnée aux grands Domaines vu son coût. Elle consiste en l’utilisation de contacteurs membranaires. Ce principe consiste à faire passer le vin à travers des membranes qui vont retenir l’oxygène et donc réduire de deux à cinq fois la teneur en sulfite nécessaire.

Le glutathion :
-    Peptide naturellement présent dans le vin, il dispose de puissantes propriétés antioxydantes. Incorporé à microdoses dans le vin, il permettrait de réduire la dose de sulfite nécessaire tout en préservant la couleur et les arômes du vin.

Les BIB ont encore de beaux jours devant eux !

Votre commentaire

* champ obligatoire